restaurant belgique

The flower power

 NL   EN   | Contact | Aide
restaurants bruxelles belgique
restaurants et hôtels
Guide des restaurants en Belgique
Restaurants > Belgique
27 Avril 2017

RECHERCHE PAR MOTS CLÉS

Deltaweb NEWSLETTER

Deltaweb NEWSLETTER
Envie d'être informé de toutes les nouveautés du monde de la gastronomie et de l'hôtellerie, ainsi que profiter des promotions mensuelles de nos annonceurs? Inscrivez-vous vite à la DeltaWeb newsletter !



Delta Bruxelles 2016-2017

Delta Bruxelles 2016-2017
40 ème édition,
exclusivement en français.
12 index, et plus de 950 établissements. 336 pages.
Avec son Passeport découverte donnant droit à 30% de réduction dans 44 restaurants de Bruxelles et périphérie

CHRONIQUES DELTAWEB

Delta Belgique 2017

Delta Belgique 2017
16ème édition, existe en français et en néerlandais.
7 index, 2000 établissements, 584 pages
THE FLOWER POWER
Préconisant la guérison par les fleurs, le médecin britannique Edward Bach (1886-1936) eut un jour une idée qui fit sa fortune : celle que chaque goutte de rosée devait contenir toutes les propriétés de la plante sur laquelle elle se trouvait. La collecte de la rosée s’avérant laborieuse, il fit macérer une plante au soleil, en plein milieu d’un champ, dans un bol rempli d’eau de source récoltée dans l’environnement de la cueillette. Il constata, après le temps de solarisation nécessaire, que l’eau était imprégnée de la même force vitale que la plante. La voie était ouverte à la fabrication et à la commercialisation de 38 élixirs floraux utiles à la gestion des émotions humaines : la peur et l’inquiétude, le manque de confiance en soi ou encore les problèmes relationnels…
S’adressant aux adeptes de cette « florithérapie », Le guide des fleurs de Bach paru aux Éditions Larousse à Paris a été rédigé par Stefan Ball, un spécialiste de la question. Son ouvrage permet d'en comprendre les principes de base, de trouver les élixirs qui correspondent le mieux aux besoins et à la personnalité de chacun, de choisir et de préparer les plantes en fonction des bienfaits recherchés compte tenu du caractère de l’utilisateur et des situations auxquelles il est confronté, de définir les conditions d’une automédication optimale et de répondre aux questions les plus courantes sur l'utilisation de ces remèdes : posologie, durée de traitement, effets secondaires…
Un livre qui aide à se porter… comme une fleur !

Bernard DELCORD
Le guide des fleurs de Bach, quels élixirs foraux pour quels problèmes ? par Stefan Ball, Paris, Éditions Larousse, collection « Poche », février 2011, 192 pp. en noir et blanc au format 12,5 x 19 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 5,90 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans cet ouvrage fleuri les lignes suivantes :

Le Dr Edward Bach

Éminent médecin dans le quartier huppé de Harley Street, à Londres, Edward Bach était aussi pathologiste et bactériologiste. Ses 38 élixirs floraux représentent le travail de toute une vie. En effet, progressivement, il s’était senti à l’étroit dans une médicine académique axée seulement sur les symptômes. Dans sa pratique, il s’apercevait que la tristesse ou la peur pouvaient conduire à la maladie. Il en vint à considérer que pour soigner en profondeur, il fallait stopper la cause émotionnelle du mal avant l’apparition des signes physiques. Fort de cette conviction, il se mit en quête d’un moyen direct de traiter la personne dans sa globalité, en s’attachant aux affects.

Bach travaillait au London Homeopathic Hospital, ce qui lui permit d’étudier cette thérapeutique. C’est à l’homéopathie qu’il emprunta la notion de médicaments de types ou constitutionnels –en d’autres termes, des médicaments qui agissent selon la personnalité– et l’idée de préparer les substances en doses infinitésimales. Mais il fut aussi influencé par sa propre rencontre avec la mort qui eut lieu en juillet 1917. Il s’évanouit, victime d’une hémorragie et on le transporta d’urgence en salle d’opération. Là, le chirurgien lui retira une tumeur cancéreuse. Quand il revint à lui, on lui annonça qu’il n’avait que quelques mois à vivre. Pourtant, à peine rétabli, son amour de la recherche le poussait à reprendre le chemin de son laboratoire. À la surprise de tous, plus le temps passait et mieux il allait. Cette expérience ne fit que renforcer sa foi dans le pouvoir de l’esprit et des émotions sur la maladie. Il avait recouvré la santé, parce qu’il avait un but dans l’existence et qu’il voulait le voir se réaliser. Si d’autres malades réussissaient à redonner sens à leur vie, ils auraient les mêmes chances.

Les premières recherches d’Edward Bach portaient surtout sur les maladies chroniques. Il avait isolé sept types de bactéries trouvées en très grande quantité chez les personnes souffrant de ce type d’affection. Il s’en était servi pour élaborer des vaccins. Cette thérapie se révéla extrêmement efficace pour le traitement des pathologies intestinales de longue durée. Lorsqu’il était en fonction dans cet hôpital londonien, il préparait les bactéries selon les principes homéopathiques (dilution, puis fixation sur un support). Ce qui signifie qu’il administrait les traitements par voie orale, évitant ainsi de douloureuses injections. Puis il remplaça les bactéries par des plantes. Il était en effet convaincu que les médicaments se devaient d’être aussi purs et naturels que possible.

La découverte des élixirs floraux prit sept ans. Bach découvrit les trois premières fleurs en 1928. Au début, il les préparait en laboratoire selon les principes homéopathiques, tout comme il l’avait fait, avant, pour les bactéries. Et il les utilisait pour traiter le même groupe de maladies chroniques. Mais il devint très vite évident que ces nouveaux médicaments étaient différents. Les vaccins bactériens soignaient les maladies intestinales, tandis que les fleurs agissaient directement sur les émotions. Elles pouvaient aider beaucoup plus de gens, y compris ceux qui souffraient de maux et de symptômes physiques très différents.

Bach était enthousiasmé par la direction prise par ses recherches. En 1930, il décida d’abandonner Londres, et un revenu annuel de 5 000 livres, pour se consacrer à plein temps à ses investigations sur de nouvelles fleurs. Il parcourut tout le sud de l’Angleterre, du pays de Galles à la côte du Norfolk, pour s’établir finalement, en 1934, dans un cottage près de Wallingford, dans l’Oxfordshire. En cours de route, il découvrit 35 autres plantes, dont les 19 dernières dans la campagne autour de son nouveau logis. C’est aussi à cette époque qu’il mit au point ses propres méthodes de préparation si caractéristiques de son travail.

Il mourut un an après avoir annoncé que son œuvre était achevée. Il était âgé de 50 ans et avait survécu 19 ans au diagnostic de ses amis médecins. Depuis lors, ses élixirs se sont répandus dans le monde entier. Des millions de personnes les utilisent en automédication ou les prennent sur les conseils de thérapeutes et de praticiens. La médecine officielle s’y intéresse aussi. J. Herbert Fill, ancien Commissaire de la ville de New York chargé de la Santé Mentale, employait les Fleurs de Bach dans sa pratique psychiatrique. Il les préférait aux tranquillisants à cause de leur absence d’effets secondaires. En Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, les infirmières ont la possibilité de suivre des programmes de formation à l’utilisation des élixirs floraux. Au Royaume-Uni et en Italie, des universités offrent des cours sur les remèdes du Dr Bach. Cette respectabilité croissante contraste toutefois avec le destin de bon nombre de techniques expérimentales des années 1930 qui ont disparu avec leur inventeur.
Re-découvrez: BLUE CHOCOLATERestaurants à Bruxelles

L'avis du Guide Delta
Données du restaurant
Spécialités
Galerie photos
L'avis du public
Réserver

Ouvert en 2013, cet établissement cosy et raffiné propose une cuisine française et du Monde artisanale autant que créative déclinée dans des préparations comme des ravioles de langoustines au piment d’Espelette et leur bisque légèrement anisée ou bien comme du bar de ligne en croûte d’ail des ours servi avec un espuma de chicon chaud et un écrasé de pommes de terre à l’huile vierge. Large carte de vins de France et d’ailleurs. Agréable terrasse d’été. Delta deal

ALI, BOU MA YE ! (ALI, TUE-LE !) Sur un scénario du journaliste et écrivain belge Thierry Bellefroid, le bédéiste Barly Baruti, né en 1959 au Congo Belge, a dessiné un fort bel album dans lequel se mêlent les embrouilles, sur fond du fameux match de boxe dans la catégorie poids lourds qui, en 1974, à Kinshasa alors sous la coupe du...

Lire l'article complet

CHEESECAKE AUX COURGETTES C'est décidé, j'arrête le sucre par Sarah Wilson, Paris, Éditions Larousse, février 2015, 224 pp. en quadrichromie au format 19,3 x 23,5 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 14,90 € (prix France)

Voici une recette idéale pour un brunch :


...

Lire l'article complet

POêLéE DE CHOU à L'HUILE DE COCO Inde par Linda Louis, Paris, Éditions La Plage, collection « Épicerie du monde », mai 2014, 72 pp. en quadrichromie au format 16,5 x 22,5 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 12 € (prix France)

Voici une recette hors des sentiers battus :


Poêlée...

Lire l'article complet

VIVE LE SPORT MONDIALISé ! Les Jeux olympiques modernes ont été relancés en 1896 par le baron Pierre de Coubertin à Athènes, berceau des jeux dans l'Antiquité. Le plus grand événement sportif du monde est devenu – tous les quatre ans – le rendez-vous incontournable de tous les amateurs de sport sous toutes ses formes.<...

Lire l'article complet

À LA SAINT-MARTIN, TUE TON COCHON... ...et invite tes voisins. » (Proverbe français)

L’ouvrage collectif paru aux Éditions Larousse à Paris sous le titre Apéro cochon propose 100 recettes de cochonnailles pour l’apéritif, cuisinées de la tête à la queue, parmi lesquelles :

– des piques de pommes ...

Lire l'article complet

Deltaweb sur Facebook
Trouver un Restaurantun Hôtelune salle de Séminaires  ou une salle pour Banquets -  Proposer un restaurant -  Pro-Horeca -  Delta Deals