restaurant belgique

Renaissance et exécution…

 NL   EN   | Contact | Aide
restaurants bruxelles belgique
restaurants et hôtels
Guide des restaurants en Belgique
Restaurants > Belgique
30 Mai 2017

RECHERCHE PAR MOTS CLÉS

Deltaweb NEWSLETTER

Deltaweb NEWSLETTER
Envie d'être informé de toutes les nouveautés du monde de la gastronomie et de l'hôtellerie, ainsi que profiter des promotions mensuelles de nos annonceurs? Inscrivez-vous vite à la DeltaWeb newsletter !



Delta Bruxelles 2016-2017

Delta Bruxelles 2016-2017
40 ème édition,
exclusivement en français.
12 index, et plus de 950 établissements. 336 pages.
Avec son Passeport découverte donnant droit à 30% de réduction dans 44 restaurants de Bruxelles et périphérie

CHRONIQUES DELTAWEB

Delta Belgique 2017

Delta Belgique 2017
16ème édition, existe en français et en néerlandais.
7 index, 2000 établissements, 584 pages
RENAISSANCE ET EXÉCUTION…
Dans Giordano Bruno - La vie tragique du précurseur de Galilée, un récit haletant paru à Bruxelles aux éditions André Versaille, le biographe français Jean Rocchi explique avec beaucoup de talent comment et pourquoi, le 17 février 1600, les soldats de l'Inquisition ont conduit au bûcher, après de longues années de procès, ce frère dominicain né cinquante-deux ans auparavant à Nola, un village du sud de l’Italie aux pieds du Vésuve, qui avait défendu la vision hérétique d'un univers infini et d'un ciel peuplé de cent mille soleils.

Doté d’une intelligence exceptionnelle et d’un goût irrésistible pour la provocation, le premier cosmologue italien moderne, disciple de Copernic, était un esprit rebelle aux dogmes de l’Église catholique et du calvinisme, ce qui lui valut les foudres des autorités religieuses et universitaires de son temps, mais aussi l’admiration de quelques grands penseurs et hommes politiques, comme le podestat vénitien Zuane Mocenigo qui le fit venir à la Sérénissime en 1591 pour y enseigner l'art de la mémoire et la géométrie – ce qui ne l’empêcha pas de livrer Giordano Bruno à l’Inquisition vaticane le 23 mai 1592.

Soumis à des interrogatoires interminables et à la torture, celui qui, au cours d’une vie d’errance à travers l’Europe, avait eu notamment l’honneur d’enseigner en 1582 au collège de Cambrai (le futur Collège de France) à Paris et pour qui Henri III avait ensuite créé à la Sorbonne une chaire « extraordinaire », fut brûlé nu sur le Campo dei Fiori à Rome en sacrifiant sa vie à la vérité après avoir obstinément refusé d'abjurer ses idées.

Qui avaient cependant – Dieu merci ! – grandement fait leur chemin, ainsi que l’explique l’historienne des idées Gisèle Venet, professeur émérite à la Sorbonne Nouvelle, dans la postface éclairée qu’elle a donnée à ce récit de vie riche en bruit, en fureur et en rebondissements…


Bernard DELCORD

Giordano Bruno - La vie tragique du précurseur de Galilée par Jean Rocchi, postface de Gisèle Venet, Bruxelles, André Versaille éditeur, collection « Des hommes dans l’histoire », août 2011, 262 pp. en noir et blanc au format 15,5 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs, 22,90 €

Pout vous, nous avons recopié dans ce récit passionnant ces quelques lignes édifiantes :


Comment le saint tribunal en vint à la torture…

Ce même jour de septembre, les révérends pères et prélats présents à la séance du saint tribunal font un tour de table. Le procureur fiscal Giulio Monterenzi, donnant le ton, estime que, pour la première partie du procès, la culpabilité de Bruno n'est pas encore été établie sur les propositions qu'on lui reproche. Il demande qu' « il soit torturé sur les autres propositions » . Le deuxième orateur, le R.P. Marcello Filonardo, assesseur du tribunal, dit la même chose : le frère Giordano ne peut pas encore être considéré comme confondu. « Il faut néanmoins qu'il soit torturé fortement et qu'on lui fixe un terme pour se repentir. » Le commissaire général du Saint-Office, le R.P. Alberta da Fiorenzuola, est du même avis : « Étant donné l'infamie de cet homme, étant donné qu'on ne peut avoir contre lui d'autres témoins que des criminels emprisonnés, et qu'il n'est pas près d'être confondu sur certains points, il faut le torturer fortement sur ces questions et sur les questions où il a déjà été confondu » . Le R.P. Petrus Millinus est exactement du même avis. Le R.P. frère Ippolito Maria Beccaria en rajoute, demandant « qu'il soit torturé non seulement une fois, mais plutôt deux fois et qu'il soit jugé sur le contenu de ses aveux » . Dernier à s'exprimer, le R.P. Anselmus Dandinus demande aussi « la torture, sur le chef d'accusation de la Trinité, et, si les réponses ne satisfaisaient pas » , suggère « qu'on le livre au bras séculier ».
Le Très Saint-Père Clément VIII, arrivé de Monte Cavallo, écoute la lecture des votes des révérends pères et prélats, docteurs en théologie et en droit, et décrète et ordonne « qu'on fixe un terme à Bruno pour se repentir en ce qui concerne les sujets sur lesquels il a avoué et qu'entre-temps on étudie bien les dires des témoins et ses confessions: que sa cause soit de nouveau présentée ».

Ainsi la tragédie se prolongeait et cette lenteur de procédure faisait partie de la mise en scène : il fallait une apparence de recherche avant de condamner. Avec la cruauté des intentions, les compléments ‘information confirmaient, paradoxalement, l’échec des révérends et prélats : après huit années de détention et de procès, ils n'avaient pas réussi à soumettre le philosophe.

Le lendemain, 10 septembre, le Nolain entendit une rumeur montée de la ville, le bruissement indistinct d'une foule du côté sud, près de Tor di Nona, cris, appels, gens remuants, amassés là, sur les berges du Tibre. Hurlements. Un tenaillement probablement. Une foule sans doute considérable. Bruno tendit l'oreille. Tant de spectateurs... Des cris, des hurlements, des gens devaient se noyer. Des décollations bien sûr. Toute l'animalité de la ville devait être au rendez-vous... Bruno comprit les moments de stupeur de la populace, par deux fois, au bruit sec d'une lame sur un billot, petit claquement effrayant qu'il avait maintes fois entendu depuis des années. Le canon tonna juste au-dessus de sa tête, à quelques toises de sa geôle, sur la terrasse de Saint-Ange, suivi d'un autre coup mat et d'une grande stupeur collective : une troisième décapitation, sans doute...

Bruno n'allait pas tarder à apprendre les raisons de l'agitation : les tortures et la décapitation des enfants Cenci, en application d'un « motu proprio » du pape. Béatrice et ses deux frères, fils d'une très riche famille romaine, accusés sans preuve d'avoir assassiné leur père.
Pour Bruno, les juges allaient donc utiliser la peine vive pour lui arracher des confessions. La torture est une pratique courante dans ce genre d'affaire. Le Manuel des inquisiteurs qui en « réglemente » l'usage n'était pas équivoque : on torture l'accusé vacillant dans ses réponses, qui affirme tantôt ceci, tantôt le contraire, tout en niant les chefs les plus importants. Bruno nie l'essentiel et discute des diffamations. On torture un diffamé même s'il a contre lui un seul témoin à charge. Bruno en a plusieurs. On torture le diffamé contre lequel on a réussi à établir plusieurs indices. Bruno a tous ses écrits contre lui. On ne torture que les prêtres infâmes. Les révérends et les prélats de l'Inquisition l'estiment « coupable » et « infâme » .
Sa Sainteté ordonna la suite des recherches. Une semaine après le sinistre tour de table, le tribunal s'imagina avoir fait plier l'accusé. Le Nolain aurait enfin reconnu ses « erreurs » . Il lui restait quarante jours pour se mettre à genoux en l'église Santa Maria sopra Minerva et renier, en grande pompe, toute son œuvre.
Re-découvrez: LA FLAMME BLANCHERestaurants à Hamme-Mille

L'avis du Guide Delta
Données du restaurant
Spécialités
Galerie photos
L'avis du public
Réserver

Une adresse au décor très tendance où la qualité du couvert fait un peu oublier l’exiguïté des tables. Spécialité de la maison: "Flammeküche", mais on peut aussi s'y régaler de préparations de cuisine traditionnelle française et autres revisitées, comme par exemple un vol-au-vent de coucou de Malines et son émulsion à la truffe ou bien du perroquet royal en pavé rôti, à la vanille de Madagascar et servi avec une purée aux jeunes oignons confits.

DE LA CUISINE MENéE à LA BAGUETTE… On assure communément que le Japon est LE pays du poisson… et c’est vrai ! Et il est tout aussi vrai que depuis plus d'un siècle, la cuisine japonaise inspire de nombreux chefs français comme Escoffier, Bocuse ou Robuchon. Elle a d’ailleurs séduit le monde entier par son esthétisme et son respect du...

Lire l'article complet

LA SALADE RAFRAîCHIT SANS AFFAIBLIR... ...et conforte sans irriter : j'ai coutume de dire qu'elle rajeunit. »
(Anthelme Brillat-Savarin)


Féculents, légumes, viandes et poissons, épices, les possibilités d'associations sont infinies, comme le montre Anne Loiseau dans Salades ! , un recueil de 40 re...

Lire l'article complet

C’EST SI BON DE RETOMBER EN ENFANCE ! Rappelez-vous: le goûter, c'était le meilleur moment de la journée ! Et ce l’est, bien entendu, encore pour les enfants d’aujourd’hui. Alors, pourquoi ne pas se mettre à leur diapason en improvisant, avec eux ou à leur façon, des goûters gourmands vraiment délicieux ? C’est en tout cas chose possibl...

Lire l'article complet

LA GRANDE CLASSE… Premier ouvrage de l’Institut Paul Bocuse(1) , L’art de recevoir à la française, paru chez Flammarion sous la plume d’Ève-Marie Zizza-Lalu, démontre brillamment, à l’heure où le repas français et ses bonnes manières de table sont désormais inscrits au patrimoine immatéri...

Lire l'article complet

VOL-AU-VENT VOL CARGO 734 AU VENT
Pour 2 personnes
Préparation : 15 minutes
Cuisson : 15 minutes

Ingrédients : 2 vol-au-vent
2 douzaines d'escargots moyens
2 gousses d'ail hachées
100 g de champignons de Paris
20 g de beurre

Lire l'article complet

Deltaweb sur Facebook
Trouver un Restaurantun Hôtelune salle de Séminaires  ou une salle pour Banquets -  Proposer un restaurant -  Pro-Horeca -  Delta Deals