restaurant belgique

Les héros de la castagne…

 NL   EN   | Contact | Aide
restaurants bruxelles belgique
restaurants et hôtels
Guide des restaurants en Belgique
Restaurants > Belgique
21 Février 2018

RECHERCHE PAR MOTS CLÉS

Deltaweb NEWSLETTER

Deltaweb NEWSLETTER
Envie d'être informé de toutes les nouveautés du monde de la gastronomie et de l'hôtellerie, ainsi que profiter des promotions mensuelles de nos annonceurs? Inscrivez-vous vite à la DeltaWeb newsletter !



Delta Bruxelles 2016-2017

Delta Bruxelles 2016-2017
41 ème édition,
exclusivement en français.
12 index, et plus de 950 établissements. 336 pages.
Avec son Passeport découverte donnant droit à 30% de réduction dans 44 restaurants de Bruxelles et périphérie

CHRONIQUES DELTAWEB

Delta Belgique 2018

Delta Belgique 2018
17ème édition, existe en français et en néerlandais.
8 index, 2000 établissements, 604 pages
LES HÉROS DE LA CASTAGNE…
Ancien membre de la rédaction du journal sportif L’Équipe et ex-collaborateur des pages de rugby du quotidien Le Monde, Nemer Habib collabore aujourd’hui à Rugby Mag, le magazine de la Fédération française de rugby. Il a publié naguère chez Glénat à Grenoble un beau livre intitulé Les grands noms du rugby dans lequel il brosse le portrait d’une sélection de 46 artistes majeurs du ballon ovale (1) , qui ont exercé ou exercent encore leurs talents, la période couverte par l’ouvrage allant de 1970 à 2010.
Pour chacun d’entre eux, l’auteur a voulu, histoire et anecdotes à l'appui, mettre en exergue les qualités de l’homme et les caractéristiques du personnage, la façon dont il incarne les valeurs propres à ce beau sport ô combien viril, ainsi que son parcours sur le terrain et dans la vie.

Des docteurs ès-balèzerie, en quelque sorte…


Bernard DELCORD

Les grands noms du rugby par Nemer Habib, préface de Jean-Pierre Rives, Grenoble, Éditions Glénat, avril 2010, 192 pp. en quadrichromie au format 22 x 29 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 25 € (prix France)

Pour vous, nous avons repris dans cette galerie musclée le portrait suivant :


Gareth Edwards, la statue du Commandeur

Né le 12 juillet 1947 à Pontardawe (Pays de Galles)
1,69m, 72 kg
Demi de mêlée
53 sélections avec le Pays de Galles, dont 13 comme capitaine
A joué au Cardiff RFC de 1966 à 1978





Il est de ces personnages que l'on ne peut oublier. À tel point que l'on se croit obligé de leur rendre hommage en immortalisant dans la pierre un instantané de leur image. C’est ce qui est arrivé au dénommé Gareth Edwards.

Être statufié de son vivant, il y a de quoi vous flatter l'ego. Gareth Edwards est toujours sensible à ces marques de respect, mais il possède ce je-ne-sais-quoi de valeurs intrinsèques propres à la pratique du rugby qui semble éviter à tout idolâtré de prendre le melon – pas le couvre-chef, mais celui de l'expression –, même pour un sujet de sa glorieuse Majesté. C’est que monsieur Edwards est gallois jusqu'à la moelle, du moins jusqu'à la racine de ses favoris, que lui et ses coéquipiers des diables rouges qui sévissaient sur les prés des V Nations durant les 70's portaient bien fournis façon XIXe siècle Empire... britannique évidemment. La statue du bonhomme en fait la démonstration, elle qui trône en effet, toute bronzée, sur un piédestal fort bien exposé à quelques encablures du Millennium Stadium de Cardiff. La galerie d'exposition – un centre commercial parmi les plus grands d'Europe – permet au tout-venant de poser pour un moment d'éternité aux côtés de celui que beaucoup considèrent dans le milieu du rugby comme le meilleur joueur de tous les temps.

Prophète en son pays
Un sondage fait par la BBC à la fin du dernier millénaire demandait aux sondés d'établir une liste de leurs sportifs gallois préférés. Gareth Edwards est arrivé bon premier, loin devant le footballeur de Manchester United Ryan Giggs. Imaginez plutôt : l'équivalent en France d'un tel sondage verrait l'avènement de Jean-Pierre Rives ou Serge Blanco devant Michel Platini ou tout autre parangon du ballon rond. Mais ce n'est pas tout. Une première fois en 1995, à l'issue de la troisième édition de la Coupe du monde, un magazine spécialisé demanda à 200 joueurs, entraîneurs et techniciens de l'ovale, de choisir celui qui est, à leurs yeux, le meilleur d'entre eux. Devinez qui fut choisi ? L'ami Gareth et ses favoris. Huit années plus tard, le même exercice fut pratiqué, cette fois auprès d'un panel plus large et amateur. Là encore, le demi de mêlée des diables rouges arriva en tête des suffrages. Alors, qu'est-ce qui fait que ce fils de mineur ait pu devancer tant de prestigieux devanciers et même successeurs, de la trempe des Meads, Craven, Prat et autre Lomu.

Tout d'abord, il a débuté sous le maillot rouge du poireau à 19 ans bien sonnés, un âge où d'autres sortaient à peine de l'adolescence. Lui, au terme d'une seule saison, prit le capitanat de cette équipe, pas encore de légende, mais son avènement au rang de titulaire fut suivi d'une succession de 53 sélections sans qu'aucun autre prétendant ne puisse le déloger de son poste derrière la mêlée. Le capitanat, il dut le céder à l'occasion à plus expérimenté que lui, mais là n'est pas le secret de sa qualité ou même de sa longévité. Son association avec son alter ego de l'ouverture, le dénommé Barry John, fut en tous points l'une des pièces fondatrices de l'édifice infranchissable que constituait la charnière des Gallois de cette décennie.

Lucien Mias, capitaine des tricolores victorieux de l'Afrique du Sud lors de la tournée de 1958, s'est un jour enorgueilli « d'avoir fait un cadrage-débordement au grand Gareth Edwards ». Pourtant, les deux légendes du rugby ne se sont jamais rencontrées sur le pré. Car en effet, « c'était au centre commercial de Cardiff où il a été statufié », a-t-il vite rectifié. Prendre à défaut la vivacité du demi de mêlée était un exploit dont peu de contemporains pouvaient se réjouir. Le joueur qu'il était fut un modèle de perfection pour ce qui est de l'équilibre entre vitesse, férocité et vision. Du jeu, évidemment, dont se délectait le XV gallois des années 1970, dominateur tout le long de cette décennie bénie de ce côté-ci de la planète rugby. Car pour ce qui est des confrontations avec les Blacks, il lui fallut attendre d'être sélectionné avec les Lions, lors d'une tournée victorieuse en 1971, mais surtout, de se distinguer comme jamais lors d'une confrontation à l'ancienne entre les Barbarians britanniques et les tout noirs en goguette.

L'essai du Siècle
Si les Français peuvent se targuer d'avoir marqué l'essai du bout du monde,Gareth Edwards est, lui, crédité d'avoir été le marqueur de celui du siècle. Nous sommes le 27 janvier 1973. Les Barbarians britanniques accueillent à l'Arms Park de Cardiff, pour le dernier match de leur tournée, des All Blacks toujours aussi dominateurs. En trois mois de pérégrinations européennes – à l'époque, la longue durée était encore la norme lors des déplacements entre les deux hémisphères –, les Néo-zélandais n'avaient encore concédé aucune défaite aux adversaires qu'on leur avait présentés. D'ailleurs, Gareth Edwards et ses coéquipiers se demandaient avant la rencontre à quelle sauce ils allaient être mangés plutôt que de deviser d'un plan de bataille infaillible. Pourtant, la suite des événements allait s'avérer plus à leur avantage qu'ils ne l'avaient espéré.

Sur une balle récupérée à quelques mètres de leur propre en-but, les Baa Baa's se mettent en tête de relancer, faisant fi de toute considération d'une sage décision. Phil Bennett – l'autre alter ego d'Edwards à l'ouverture des diables rouges – initia la relance, évitant trois plaquages comme on slalome entre les piquets. L’attaque était lancée. Imitant les mouvements privilégiant la transmission du ballon auxquels ils nous avaient habitués, tous les Gallois présents semblaient s'être donné le mot pour réitérer l'exploit. Ce qu'ils firent, de Bennett à Quinnell, en passant par JPR Williams ou Dawes, pour arriver au terme de la remontée dans les trente mètres adverses. Là, surgissant de nulle part, au moment opportun dans l'intervalle et avec une vitesse propre à un TGV lancé, Gareth Edwards s'empara de la passe destinée à l'ailier Bevan pour surprendre tout son monde. Son essai en coin est encore à ce jour l'exploit rugbystique dont se souvient tout l'Empire britannique.



(1) JPR Williams, Andy Irvine, Serge Blanco, Gavin Hastings, John Kirwan, David Campese, James Small, Philippe Saint-André, Chester Williams, Jeff Wilson, Jonah Lomu, Jason Robinson, Rupeni Caucaunibuca, Bryan Habana, Jo Maso, Philippe Sella, Tim Horan, Tana Umaga, Yannick Jauzion, Brian O'Driscoll, Neil Jenkins, Jannle de Beer, Stephen Larkham, Jonny Wilkinson, Dan Carter, Frédéric Michalak, Gareth Edwards, David Kirk, George Gregan, Agustin Pichot, Walter Spanghero, Jean-Pierre Rives, Wayne Shelford, François Pienaar, Morné du Plessis, Richie McCaw, Jerry Collins, Sébastien Chabal, Martin Johnson, Fabien Pelous, John Eales, Victor Matfield, Sean Fitzpatrick, Christian Califano, Os du Randt & John Smit.
Restaurants à Bruxelles

L'avis du Guide Delta
Données du restaurant
Spécialités
Galerie photos
L'avis du public
Réserver

Anciennement brasserie, cette enseigne s'est métamorphosée en un véritable restaurant gastronomique aux fourneaux duquel préside un Chef que nous avons nominé comme Delta d'Argent en 2016. Il y propose depuis janvier 2018 une cuisine moderne basée sur des produits de première qualité qu'il sublime avec art et créativité et qu'il présente de manière fort délicate et raffinée. La carte des vins comporte des propositions sélectionnées parmi les meilleurs flacons produits en Grèce, et il y a là de magnifiques découvertes à apprécier. Terrasse au calme chauffée toute l'année. Carte réduite de restauration de 15h à 18h30

UN CHATOIEMENT D'ODEURS ET DE SAVEURS Fille de l’écrivain célèbre Michel Le Bris, grand spécialiste de Robert Louis Stevenson (Voyage avec un âne dans les Cévennes [1879] , L'Île au trésor [1883] , L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde [1886]) et directrice adjointe du festival litté...

Lire l'article complet

SOUPE AU POULET, QUINOA ET GINGEMBRE Ma cuisine de tous les jours par Josée di Stasio, photographies de Jean Longpré, Paris, Éditions Flammarion, septembre 2013, 224 pp. en quadrichromie au format 22 x 28,8 cm sous couverture brochée en couleurs, 19,90 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans cet ou...

Lire l'article complet

EN ROUTE VERS LE (7èME ?) CIEL… Si, comme il le chante, Jacques Dutronc a rêvé toute sa vie d’être une hôtesse de l’air, bien des hommes ont caressé l’idée d’en inviter une à leur table. Et si par bonheur ce fantasme prenait corps, Sophie et Marie-Pierre Morel ont décidé de voler à la rescousse des cuisiniers d’un soir en faisant ...

Lire l'article complet

SAUCES, SALSAS ET VINAIGRETTES Sauces, salsas et vinaigrettes Paris, Marabout, 2006, coll. « Marabout chef » 120 pp., 6,95 €

Cet ouvrage propose plus de 120 recettes salées et sucrées ! Toutes les grandes sauces classiques sont abordées, comme la hollandaise, la sauce Mornay, la béchamel...

Lire l'article complet

Mondialement connu – et à juste titre – comme poète pour les enfants, l’instituteur et écrivain belge Maurice Carême (1899-1978) n’était pourtant pas que cela.

Car si quarante-cinq recueils de ses poèmes ont été publiés, parmi lesquels le célébrissime Mère (1935, Prix triennal de poési...

Lire l'article complet

Deltaweb sur Facebook
Trouver un Restaurantun Hôtelune salle de Séminaires  ou une salle pour Banquets -  Proposer un restaurant -  Pro-Horeca -  Delta Deals