restaurant belgique

Jamais homme noble ne hait le bon vin ! (Rabelais)

 NL   EN   | Contact | Aide
restaurants bruxelles belgique
restaurants et hôtels
Guide des restaurants en Belgique
Restaurants > Belgique
26 Mai 2018

RECHERCHE PAR MOTS CLÉS

Deltaweb NEWSLETTER

Deltaweb NEWSLETTER
Envie d'être informé de toutes les nouveautés du monde de la gastronomie et de l'hôtellerie, ainsi que profiter des promotions mensuelles de nos annonceurs? Inscrivez-vous vite à la DeltaWeb newsletter !



Delta Bruxelles 2018-2019

Delta Bruxelles 2018-2019
41 ème édition,
exclusivement en français.
12 index, et plus de 950 établissements. 336 pages.
Avec son Passeport découverte donnant droit à 30% de réduction dans 44 restaurants de Bruxelles et périphérie

CHRONIQUES DELTAWEB

Delta Belgique 2018

Delta Belgique 2018
17ème édition, existe en français et en néerlandais.
8 index, 2000 établissements, 604 pages
JAMAIS HOMME NOBLE NE HAIT LE BON VIN ! (RABELAIS)
Né en 1881 et mort en 1964, Maurice Constantin-Weyer est un écrivain aujourd’hui quelque peu oublié, et c’est grand dommage ! Car l’auteur de Manitoba (1924) et d’ Un homme se penche sur son passé (prix Goncourt 1928) avait une fort belle plume, inspirée par sa vie certes (en 1901, il avait émigré au Canada où il passa onze années pendant lesquelles il fut fermier, cow-boy, bûcheron, marchand de chevaux et de fourrures et reporter avant de revenir en France pour la Grande Guerre et de se consacrer ensuite à l’écriture), mais aussi par des considérations et une humanité sans bornes.

Cet homme était un héros : nommé sous-lieutenant en février 1915 puis lieutenant en 1916, il combattit entre autres sur le front de Champagne et à Verdun ; il fut décoré plusieurs fois pour sa bravoure (on lui a décerné la médaille militaire, la croix du combattant, la médaille de Verdun, la médaille interalliée et il fut promu chevalier et plus tard officier de la Légion d'honneur) et il rejoignit en janvier 1917 le front d'Orient à Salonique. Nommé capitaine, il fut blessé très grièvement le 10 mai 1917 et, rapatrié en France, il resta hospitalisé pendant dix mois à Paris. On lui doit, outre treize romans dont l’action se situe au Canada et qui connurent un grand succès, des textes passionnants comme Mon gai royaume de Provence (1933) ou Le Bar de San Miguel (1946). Grâces soient donc rendues aux Éditions de la Table ronde à Paris qui ont fait reparaître naguère son essai consacré à L’âme du vin (1932), un livre d’une belle profondeur sur un grand sujet ! Fondé sur une approche remarquable, celle d’un authentique amateur du jus de la treille, cet ouvrage est tout à la fois un hymne au mystère de la vigne et à l'ivresse, un parfait guide des vins qu'il décrit région par région et un ouvrage polémique retentissant. In vino veritas…

Bernard DELCORD
L’âme du vin par Maurice Constantin-Weyer, préface de Jean-Paul Kauffmann, Paris, Éditions de la Table ronde, collection « La petite vermillon », septembre 2008, 267 pp. en noir et blanc au format 11 x 17,5 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 8,50 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans cet ouvrage gouleyant ces quelques lignes iconoclastes :

SUR LES AVIS DE BRILLAT-SAVARIN & DE GRIMOD DE LA REYNIÈRE
« ‘Le docteur Corvisart, écrit Brillat-Savarin dans sa XIIe méditation, qui était fort aimable quand il voulait, ne buvait que du vin de Champagne frappé de glace. Aussi, dès le commencement du repas, et pendant que les autres convives s'occupaient à manger, il était bruyant, conteur, anecdotien. Au dessert, au contraire, et quand la conversation commençait à s'animer, il devenait sérieux, taciturne et quelquefois morose.’
‘De cette observation, continue le célèbre gastronome, et de plusieurs autres conformes, j'ai déduit le théorème suivant : le vin de Champagne, qui est excitant dans ses premiers effets (ab initio), est stupéfiant dans ceux qui suivent (in recessu ), ce qui est au surplus un effet notoire du gaz acide carbonique qu'il contient.’
Voilà qui prouve que les hommes les plus éminents peuvent se tromper; car personne ne peut admettre cette proposition. M. Maurice des Ombiaux a, après Baudelaire, fait la critique de Brillat-Savarin, gourmet. Il est arrivé à la conclusion que l'auteur de la Physiologie du goût avait, en matière de vins, le jugement perverti par son long séjour en pays anglo-saxons. C'est également mon avis. Mais je n'accorde pas plus d'importance à Grimod de La Reynière, qui, dans l' Almanach des gourmands de 1825, fait figurer au même service et concourir au même but le lafite, la romanée, l'ermitage, la côte-rôtie, le sauternes et le saint-péray. Quelle salade russe ! grands dieux ! Et, pourquoi recourir à tous les vins délicieux d'Espagne ou de Grèce , quand le vouvray 93, le brezé de tête, le monbazillac et les sauternes (déjà nommés par ce grimaud de Grimod) eut cet incomparable bouquet, que ne possède je le jure ! aucun vin étranger. »
Re-découvrez: HAPPY'SRestaurants à Wavre

L'avis du Guide Delta
Données du restaurant
Spécialités
Galerie photos
L'avis du public
Réserver

Plantons le décor : une superbe mezzanine au-dessus d’un bar magnifique et sous un plafond de poutres en bois somptueuses. Une terrasse de grand agrément et une salle de banquet ou de séminaire (fort bien équipée) pouvant accueillir jusqu’à 50 personnes. Dans les assiettes, de la cuisine de brasserie haut de gamme que l’on peut compléter, du mardi au samedi soir, de sushis, de sashimis et de futomakis concoctés par un authentique chef nippon. Dans les verres, des vins de l’Hexagone et du reste de la planète, ainsi que de très bonnes bouteilles soigneusement conservées depuis de lustres derrière les fagots. Excellent rapport qualité-prix et service d’une belle perfection. Une maison hautement recommandable.

UNE TABLE PLEINE DE SURPRISES Si vous vous rendez cet été en France dans la région de Cognac, rendez-vous donc au Clos des cours à 17100 Saintes, (2, place du Théâtre, tél. 00 33 5 46 74 62 62), vous ne serez pas déçus ! Récemment ouvert par un couple de sympathiques professionnels (Jean-Luc Bonedeau a fait ses cla...

Lire l'article complet

GASTRONOMIE DU WEB… Lauréate en 2015 des Weekend Blog & Digital Awards du Vif-L’Express, Marie Van Bleyenberghe a créé il y a deux ans son blog « Marie gourmandise »
1 qui se voulait un relais de partage de recettes culinaires avec des copines et qui a rapidement pris de l’ampleur, amenant sa conc...

Lire l'article complet

SI LA CUISINE N'EST PAS UN ART DANS LES CAMPAGNES,... ...la pharmacie n'y est pas non plus une science. »
(Proverbe chinois)


Avec Cuisine chinoise, un recueil de 80 recettes paru aux Éditions Marabout à Paris, vous apprendrez à préparer chez vous les grands classiques de la saine gastronomie de l’Empire céleste ...

Lire l'article complet

L’ART NE TRANSFORME PAS... ...Il formule. »
(Roy Lichtenstein)


Stephen Farthing est peintre et directeur de recherche sur Roostein Hopkins à l'Université des Arts à Londres. Élu en 1990 professeur de la Ruskin School of Drawing à l'Université d'Oxford puis membre de la Royal Academic of Arts en 1998,...

Lire l'article complet

IL FAUT CULTIVER NOTRE JARDIN !  (VOLTAIRE) La nouvelle édition du Savoir tout faire du bon jardinier d'Alain Baraton paru chez Flammarion à Paris constitue un guide fort pratique et très complet pour créer et entretenir jardins, terrasses et balcons. Il fournit des conseils pour paysager son jardin en fonction du style souhaité...

Lire l'article complet

Deltaweb sur Facebook
Trouver un Restaurantun Hôtelune salle de Séminaires  ou une salle pour Banquets -  Proposer un restaurant -  Pro-Horeca -  Delta Deals