restaurant belgique

Dans l’enfer de la rébellion muléliste

 NL   EN   | Contact | Aide
restaurants bruxelles belgique
restaurants et hôtels
Guide des restaurants en Belgique
Restaurants > Belgique
23 Octobre 2017

RECHERCHE PAR MOTS CLÉS

Deltaweb NEWSLETTER

Deltaweb NEWSLETTER
Envie d'être informé de toutes les nouveautés du monde de la gastronomie et de l'hôtellerie, ainsi que profiter des promotions mensuelles de nos annonceurs? Inscrivez-vous vite à la DeltaWeb newsletter !



Delta Bruxelles 2016-2017

Delta Bruxelles 2016-2017
40 ème édition,
exclusivement en français.
12 index, et plus de 950 établissements. 336 pages.
Avec son Passeport découverte donnant droit à 30% de réduction dans 44 restaurants de Bruxelles et périphérie

CHRONIQUES DELTAWEB

Delta Belgique 2017

Delta Belgique 2017
16ème édition, existe en français et en néerlandais.
7 index, 2000 établissements, 584 pages
DANS L’ENFER DE LA RÉBELLION MULÉLISTE
Dans L’année du dragon – Congo 1964 paru aux Éditions Masoin à Bruxelles, l’historien militaire flamand Eddy Hoedt –qui fut para-commando et participa aux combats– décrit, cinquante ans après les faits et heure par heure « la plus spectaculaire opération militaire belge de tous les temps » qui vit l’écrasement de la rébellion sanglante fomentée par Pierre Mulele, Christophe Gbenye et Gaston Soumialot, entre autres.

Voici ce qu’il nous en dit :

« En 1964, la crise congolaise, qui débuta en 1961, après l'assassinat du Premier ministre Patrice Lumumba, va culminer. Les rebelles, qui se nomment eux-mêmes « Simbas » (lion), occupent, sans trouver une quelconque sérieuse opposition, pratiquement un tiers du nord-est du pays. Ils tiennent également sous leur coupe à Stanleyville et à Paulis plus de 5 000 hommes, femmes et enfants, Européens, Asiatiques et Africains. Des exécutions publiques de nombreux Congolais ont lieu régulièrement.
Après que tous les efforts de négociation pour trouver une solution échouent, les puissances occidentales décident, sous la gouverne des États-Unis et de la Belgique, d'assurer une aide militaire au Congo. Cela s'élabore en faisant appel au colonel belge Vandewalle en tant que conseiller personnel du Premier ministre Tshombé.
Petit à petit, au Congo, la 5e Brigade mécanisée est sortie de terre et Vandewalle la nommera rapidement « Ommegang » par allusion au cortège médiéval et folklorique de Bruxelles en raison du caractère hétéroclite de sa composition à la fois en hommes et en matériel.
Le 1er novembre 1964, les colonnes de l'Ommegang se mettent en branle en direction de Stanleyville, où environ 1 600 Belges et non-indigènes, tout comme un nombre important d'autochtones, sont pris en otage par les Simbas. Étant donné la gravité de la situation sur place, les Américains et les Belges décident d'intervenir ensemble militairement en montant une coalition armée.
Dans la nuit du 17 novembre 1964, renforcé par des unités d'appui, le 1er Bataillon de parachutistes de Diest s'envole dans des transports de troupes américains, des C-310 Hercules, pour la base de l'île de l'Ascension. Le 21 novembre, tout le corps armé s'élance vers la base de Kamina au Congo.
De grand matin, le 24 novembre, l'opération « Dragon rouge » prend cours et le 1er Bataillon est parachuté à Stanleyville, créant la joie, mais aussi le drame auprès des otages. De fait, les Simbas rassemblent ceux-ci pour les fusiller avant leur libération et une course contre la mort se joue. Pendant ce temps, les colonnes de l'Ommegang, renforcées par des groupements de mercenaires et de gendarmes katangais, s'approchent de Stanleyville qu'ils atteindront vers midi et ils occuperont les places libérées par les parachutistes. De leur côté, ces derniers se regroupent à l'aéroport pour une nouvelle opération.
Le 26 novembre 1964 est déclenchée l'opération « Dragon noir » parachutant les hommes du 1er Bataillon sur Paulis pour libérer le plus possible de populations menacées. Ensuite, ce fut le retour en Belgique où les troupes furent accueillies en « libérateurs » par une population conquise du fait de leurs actes de bravoure.
Ce livre nous conduit d'heure en heure à travers l'évolution à la fois héroïque, complexe et tragique des événements vécus en République Démocratique du Congo, détaille les engagements et analyse les opérations militaires, grâce de nombreux témoignages recueillis auprès de soldats et d’expatriés ayant échappé à la fournaise de l'est du Congo. »

La préface de l’ouvrage a été rédigée par le baron Patrick Nothomb, qui fut consul de Belgique à Stanleyville en 1964.

Écoutons-le :
« Il ne fait aucun doute que l'opération combinée des parachutistes belges et de la colonne Vandewalle en vue de libérer les milliers d'otages européens, américains, asiatiques et africains prisonniers des Simbas fut menée de façon remarquable. D'une part, les très jeunes paras belges –membres du contingent faisant à ce moment leur service militaire– dirigés par le colonel Laurent, encadrés par une poignée de gradés d'active et largués d'avions pilotés par des militaires américains, exécutèrent parfaitement leur mission à Stanleyville, le 24 novembre 1964 (Dragon rouge), y libérant la toute grande majorité des otages dont, au moment du saut, ils ignoraient les lieux de détention dans une ville inconnue ; et qui accomplirent un exploit plus extraordinaire encore le 26 novembre à Paulis (Dragon noir) y sauvant les otages d'une mort certaine : les Simbas locaux y venaient d'apprendre ce qui s'était passé deux jours auparavant à Stanleyville et ils avaient déjà entamé le massacre systématique des étrangers qu'ils tenaient entre leurs mains.
Tout aussi remarquable fut l'action de la colonne dirigée par le colonel Vandewalle, colonne composée de militaires belges et congolais et de mercenaires de diverses nationalités, qui effectua par voie de terre une percée de 700 kilomètres en trois semaines, libérant au passage de très nombreux otages, pour atteindre Stanleyville le 24 novembre au matin, quelques heures après les parachutistes, à temps pour occuper la capitale rebelle et permettre aux otages de rejoindre l'aéroport en vue de leur évacuation. Les membres de cette colonne restèrent plusieurs mois dans l'Est et le nord-est du Congo, assurant la pacification et sauvant des centaines d'otages retenus dans des petites villes et villages isolés, et dont le cauchemar fut beaucoup plus long que celui de leurs compagnons de misère de Stanleyville et de Paulis.
L'Année du Dragon relate avec un grand luxe de détails les nombreux contacts diplomatiques entrepris par le gouvernement belge avec les dirigeants américains, et ce, dès le mois d'août 1964, en vue d'obtenir le salut des otages.
Enfermés dans la zone rebelle dont les Simbas avaient quasi complètement coupé les moyens de communication avec le reste du monde –ce qui les mit, autant que nous, dans l'ignorance presque totale de la situation prévalant hors des territoires qu'ils avaient conquis (jusqu'à 64% du gigantesque Congo !)–, nous, les otages, n'avions aucune connaissance de ces contacts. C'est ainsi que la lecture de L'Année du Dragon m'a personnellement appris à propos de ceux-ci d'innombrables éléments dont, cinquante ans après, j'ignorais encore l'existence... Il est vrai que l'histoire des événements de 1964 au Congo n'avait pas encore fait l'objet d'une étude historique en profondeur. Eddy Hoedt a donc contribué largement à combler une étonnante lacune !
La lecture de son livre m'a permis de réaliser tout le détail des efforts et démarches entrepris, dès août 1964, par Paul-Henri Spaak, alors ministre des Affaires étrangères, pour venir à notre secours. Ceux qui n'ont pas connu les événements congolais de 1960 et les condamnations internationales dont fut victime notre pays cette année-là ne peuvent mesure l'étendue du courage politique qu'il fallait à un ministre belge pour entreprendre au Congo une opération incontestablement humanitaire quatre ans plus tard seulement...
Merci donc à Paul-Henri Spaak, à son chef de cabinet Étienne Davignon, aux ambassadeurs belges Charles de Kerchove de Denterghem et américain Godley à Léopoldville, à notre conseiller politique au Congo Alfred Cahen et à tous ceux qui ne ménagèrent aucun effort pour assurer notre salut !
Merci également au Premier ministre Théo Lefèvre, qui partagea avec Paul-Henri Spaak la responsabilité politique des opérations de sauvetage des otages et à qui l'on doit (et c'est là un élément capital que m'a fait connaître le livre d'Eddy Hoedt !), grâce à son inébranlable volonté, le maintien de la superbe opération parachutiste « Dragon noir » qui sauva tant d'otages d'une exécution certaine !
Merci aussi aux paras et aux membres de la colonne Vandewalle, avec une pensée émue pour ceux d'entre eux qui perdirent la vie au cours de leurs opérations.
Je ne voudrais pas terminer cette préface sans rendre hommage au courage des milliers d'otages belges et étrangers, civils et religieux, qui vécurent dignement ces événements tragiques, et aux centaines d'entre eux qui y perdirent la vie.
Je voudrais enfin souligner que le calvaire incontestable vécu par les otages s'avéra sans le moindre doute moins atroce que celui auquel durent faire face les populations congolaises des territoires occupés hostiles aux rebelles, et qui furent tout au long de ces mois tragiques, victimes de massacres perpétrés sans la moindre discrimination. Je tiens à saluer leur courage et leur mémoire. »

Le récit d’une épopée guerrière… et humanitaire !


Bernard DELCORD

L’année du dragon – Congo 1964 par Eddy Hoedt, préface de Patrick Nothomb, adaptation et traduction française par Baudouin Peeters, Bruxelles, Éditions Masoin, novembre 2014, 256 pp. en noir et blanc (+ 4 pp. de cartes en bichromie) au format 21,5 x 31,5 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 39 €
Re-découvrez: TROPICAL HOTEL - KOKEJANERestaurants à Durbuy

L'avis du Guide Delta
Données du restaurant
Spécialités
Galerie photos
L'avis du public
Réserver

Situé sur les hauteurs de Durbuy, ce charmant Tropical Hôtel est conçu sous la forme d'un motel. Disposées en arc de cercle, les chambres disposent d'un parking particulier avec accès direct à l'hébergement, ce qui est on ne peut plus pratique ! Parmi les facilités, épinglons la piscine intérieure dans le jardin tropical, le hammam, le jacuzzi, le sauna finlandais, la salle de fitness, le banc solaire, les pistes de pétanque, le court de tennis, des salles de séminaires et de banquets. Propriétaire, Alexandre Willems est aussi le chef qui vous concocte un cuisine de haut vol, savoureuse et généreuse: ris de veau croustillants Kokejane, gigot de crabe royal au persil plat et sauce au safran, carpaccio de foie de canard fumé maison, bar sauvage à la vapeur de beurre et truffes, filet de pigeonneau d'Anjou cuisses confites à l'ail doux, crème brûlée aux framboises...Livre de cave à faire rêver. Une table exceptionnelle dans un cadre idyllique (vue sur le jardin tropical). Vaste parking privé

MUSéE à DOMICILE… Le Louvre est, comme chacun sait, le musée le plus visité au monde et il héberge de multiples chefs-d'œuvre, parmi les plus renommés de tous les temps.

Pour préparer – ou prolonger – la visite que vous ne manquerez pas de lui rendre, les Éditions Flammarion à Paris proposent un remarqua...

Lire l'article complet

LA VIE DE BOHèME… Dans Prague et la Tchéquie de A à Z paru récemment à Bruxelles chez André Versaille éditeur dans la collection « Les abécédaires du voyageur », le professeur de littérature Jan Rubeš, qui enseigne à l’ULB, fait le tour de son pays natal dans un petit guide original qui emmène le voyage...

Lire l'article complet

MOONLIGHT SERENADES… Après le succès des Plus Belles Berceuses jazz, le guitariste de jazz français Misja Fitzgerald Michel1 propose, toujours chez Didier Jeunesse à Paris, un bel album illustré accompagné d’un CD intitulé Jazz sous la lune, berceuses et standards jazz réunissant 14 autres m...

Lire l'article complet

MEURTRE à LA GRAND-PLACE DE BRUXELLES… Après le binôme Meurtre à Waterloo par Jean-Baptiste Baronian et Les dépeceurs de Spa par Marc J. Hermant parus à l'automne dernier, la collection de romans policiers belges « Kill and read » dirigée par votre serviteur et coéditée par la SNCB à Bruxelles et les Éditions Luc ...

Lire l'article complet

DéCOUVERTES ET DéCONTRACTION… Les aoûtiens le savent : la chaleur de l’été est propice aux découvertes variées et à la grande décontraction. Aux découvertes variées d’abord, surtout si on voyage : d’un pays, d’une Lire l'article complet

Deltaweb sur Facebook
Trouver un Restaurantun Hôtelune salle de Séminaires  ou une salle pour Banquets -  Proposer un restaurant -  Pro-Horeca -  Delta Deals